Accueil > Enseignement supérieur initial et alternance > Vie étudiante > Le club des Parrains

Le Club des Parrains

Jacques SURLES | FERSO-BIO
2005-2006

Au cœur du Sud-Ouest, Ferso Bio collecte et traite les sous produits d’origine animale : les animaux morts dans les élevages ou les animaux sauvages et les matières écartées de la consommation par précaution ou par habitude alimentaire.

FERSO BIO répond à la double mission de l'équarrisseur :
- Protéger la santé et l'environnement
- Valoriser les matières collectées,

Les sous produits animaux sont classés en catégories suivant les risques sanitaires qu'ils comportent ;
leur traitement et leur destination sont définis par la règlementation européenne et française.

La zone de collecte de Ferso Bio s'étend sur 16 départements du Sud-Ouest de la France auprès des élevages, des services de voirie, des abattoirs, des ateliers de découpe et des usines agro-alimentaires.
1 usine de traitement + 6 centres de transfert
187 salariés
CA : 30 millions €
Elle doit faire face à tous les aléas de production mais aussi aux évènements climatiques et sanitaires qui peuvent affecter les élevages ou la faune sauvage.

L'ensemble des matières collectées est acheminé vers l'usine de traitement de Ferso Bio, située sur la commune du Passage, près d'Agen.

Ferso

L’usine du Passage

Chaque jour, la flotte de camions de Ferso Bio parcourt 27 000 km et collecte environ 400 tonnes de sous produits animaux .
Ces matières sont hygiénisées et stabilisées par traitement thermique, puis conditionnées suivant les possibilités de valorisation de chaque catégorie.
Le procédé de traitement consiste à broyer, déshydrater puis séparer les graisses animales, des protéines, appelées farines animales.

Les produits finis

Les graisses animales possèdent d’excellentes qualités énergétiques, valorisables suivant leurs catégories, en lipochimie, en alimentation animale ou comme combustible en remplacement du fioul lourd.
Les farines, issues de la presse, sont broyées et tamisées puis stockées en silo ; Elles sont actuellement incinérées dans les fours de cimenterie.

L’environnement.

En 1985 l’usine s’est dotée d’un biofiltre pour le traitement des odeurs.
La station d’épuration a été mise en service en 1992. L’usine maîtrise alors d’une manière satisfaisante l’ensemble de ses effluents.
En 1993, FERSO BIO reçoit le Prix National de l’Environnement pour ses installations de dépollution.
En 1996 les conséquences de la crise de la vache folle viennent considérablement perturber le fonctionnement de l’usine. Pendant 6 ans les volumes collectés, les modes opératoires, évoluent sans discontinuer.
L’outil industriel ne peut être durablement adapté, que dans le cadre d’une réglementation stable.
Celle-ci sera connue en 2002. Dés 2003, FERSO BIO lance un très important plan d’investissement afin d’assurer la mise aux normes de l’usine, d’accélérer le traitement des matières et de sécuriser le traitement des effluents.
Longtemps méconnu le métier d’équarrisseur est devenu outil essentiel de la protection de la santé humaine et animale et de l’environnement.

LES PARRAINS :

Jean-François FONTENEAU | SUA
2018-2019
Philippe KOWALYK | CODIMATRA
2017 - 2018
Alain BRUGALIERES | BIOLEA
2016-2017
Sylvain CHATAIN | WALIBI
2015-2016
Patrick LEZER | RAZOL
2014-2015
Pierre MAZARS | STUDIOCANAL
2013-2014
Bernard BARRAL | BARRAL TRAITEUR
2012-2013
Claude BALDI | TERRES DU SUD
2011-2012
Alain TINGAUD | SUA LOT-ET-GARONNE
2010-2011
< Parrains précédents